La comédie musicale Notre-Dame de Paris

Comment l’aventure commença ?

Tout commença en août 2013, quand une amie m’appela pour me proposer de la seconder comme habilleuse pour la tournée avec Notre-Dame de Paris en Russie, Singapour, Luxembourg et Istanbul. Travailler pour cette prestigieuse comédie musicale m’a beaucoup apporté. J’ai pu rencontrer des gens et des amis extraordinaires, une vraie famille. Car en tournée tu n’es jamais seule, ni au travail ni après le travail. Car pour décompresser d’une longue journée on se retrouvait encore ensemble, à faire la fête souvent ou simplement à discuter dans les halls des nombreux hôtels où on logeait ou dans nos chambres.

Besoin de s’échapper…

Parfois je dois avouer que c’était un peu trop pour moi…Je suis aussi une âme solitaire et j’ai besoin de moments à moi pour être ensuite bien avec les autres. C’est pour cela que de temps en temps je disparaissais les jours off et j’allais profiter de la ville où on était. C’est comme ça que j ai découvert Moscou, Istanbul, Singapour ou encore pour la tournée 2014 (où je suis devenue chef de poste) les villes Coréennes de Daegu, Kwanju, Séoul , Busan.. et encore Taipei à Taiwan. Et leurs mille quartiers différents..
Le temps que j’avais à disposition était très limité. Mais je ne pouvais même pas envisager d’être à l’autre bout du monde sans savoir où j’étais, sans côtoyer les gens et leurs coutumes. Notre-Dame de Paris  m’a donné la possibilité de découvrir ce monde merveilleux, d’apprendre et de m’immerger dans d’autres cultures et religions.
J’ai fait l’expérience mystique de vivre dans un temple bouddhiste pendant deux jours côte à côte avec les moines ( C’était en Corée, dans un des plus vieux temples boudhistes au monde : Haeinsa). J’ai pu resté plus longtemps en Asie et voir aussi Tokyo, les Philippines, la Thailande et le Cambodge.

Une expérience unique

Voyager ça fait partie de mon travail, de mon être aussi car j’ai du mal à rester trop longtemps au même endroit.
Notre-Dame de Paris m’a permis aussi d’améliorer mon endurance et ma capacité d’organisation et de gestion d’une équipe. Au niveau artistique ça a été une de mes plus belles expériences au théâtre. Tout le monde connait l’histoire écrite par Victor Hugo, de la belle gitane Esmeralda et du bossu Quasimodo. Cette comédie musicale avec la musique de Luc Plamondon et le paroles de Riccardo Cocciante a fait le tour du monde. Les français se rappellent encore du Quasimodo interprété par Garou et en Italie par jo di Tonno.

Pouvoir travailler pour cette comédie a été pour moi un honneur et une fierté. J”ai pu gérer presque deux cents pièces de costumes et une trentaine d’artistes sur scène. Gros gros boulot ! Je ne pourrais jamais remercier suffisamment cette amie pour ce coup de fil passé il y a désormais deux ans ce qui m’a permis de travailler avec des grands artistes comme : Matt Laurent (notre Quasimodo) Stéphanie Bedard (Esmeralda) Robert Marien Frollo, Yvan Pednault  (phoebus)  Richard Charest (Grengoire), Roddy Julienne (Clopin), Gardy Fury (Clopin), et encore Myriam Brouseau (Esmeralda et Fleur de Lys), Jerome Collet ( Frollo) john Eizen (Grengoire et Phoebus), Angelo del Vecchio très talentueux dans les rôles de Quasimodo et Clopin. Mais comment oublier  la superbe voix  et l’interprétation de Alessandra Ferrari dans le role d’Esmeralda pour la tournée à Singapour ? Et Luca marconi ( Grengoire et Phoebus) fabrizio Voghera ( frollo) alberto mangia vinci (Grengoire et Phoebus). Comment oublier la voix fantastique de Ian Carlyle et la douceur de Elicia mackanzie en fleur de Lys ?

Je n’oublierai jamais non plus mes amis, mes compagnons dans la mise en oeuvre de tout le spectacle : les techniciens. Et les danseurs et les acrobates qui ont été comme des fils pour moi dans les meilleurs moments comme dans les coups durs ! Comme une maman je les ai souvent remis à leur place et je les ai chouchouté quand ils avaient besoin de réconfort. C’est ça aussi que j’aime dans mon métier. Et bien sur je ne peux pas terminer cet article sans remercier Monsieur Cocciante et sa femme, pour leur gentillesse et professionnalisme, le réalisateur Gilles Maheu et son assistant Wayne Fowkes qui était le directeur artistique de Andrew Lloyd Webber.

 Comment ne pas être fière d’avoir travailler avec des gens de ce calibre ? Et surtout the last but not the least le producteur Nicolas Talar pour m’avoir donné cette opportunité.

Retrouvez-vous toutes les photos sur mon site : https://www.lauralemmetti.com/creation-costume.html

Laisser un commentaire